Le Deal du moment :
Cartes Pokémon : coffrets dresseur ...
Voir le deal

Partagez |

[+18] La maladie a parfois de bons côtés. [PV Vincent Valentine]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
Auteur Message
Vincent Valentine
Vincent Valentine
My sweetheart


Messages : 47
Date d'inscription : 16/02/2013

[+18] La maladie a parfois de bons côtés. [PV Vincent Valentine] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [+18] La maladie a parfois de bons côtés. [PV Vincent Valentine] [+18] La maladie a parfois de bons côtés. [PV Vincent Valentine] - Page 2 EmptyDim 15 Déc - 17:57

Je me réveil mais garde les yeux fermer. Je veux analysé.
Première chose où je suis ? Je suis couché donc soit je suis dans le salon soit dans ma chambre. Je sent les draps sous mes doigts Donc je suis dans ma chambre. Je sent quelque chose de froid sur mon front. Je pose ma main sur mon front et sent un bout de tissus éponge. Un gant de toilette on dirais bien. Et vus la température de ce gant ça doit faire un petit moment que l'on ma mis ce gant sur le front.

Attend ! Qui m’aurais mis ce gant de toilette sur mon front ?

C'est le trou noire entre le moment ou j'étais dans la cuisine et maintenant. Qu'est ce qui met arriver ? J'étais seul a ce moment là il me semble.

Non je ne l'étais pas. Je ne suis pas seul. Je ne le suis plus. J'ai Zach. Voilà où voulais en venir ma femme.

Depuis le jour du drame je me croyais seul au monde, perdus dans cette fourmilière qu'est l'humanité. Depuis tout ce temps je me disais que personnes ne comprenaient la douleur qui y avais été affliger à mon très cher cœur. Cette plais béante auquel coulait à flot ma tristesse et mon désarroi. Le fait que l'on avait pas trouvé le meurtrier de ma femme et de mon enfant. Le fait que tout le monde m'avais laisser seul dans cette hôpital à cause de ma dépression. Mes parents étaient trop loin de moi pour me consolé . J'avais l'impression de retourner en enfance. Le fait d'être l'enfant qu l'on oublis, à qui quand on est énerver on vient le cherché pour se défouler. .J'ai vingt sept ans et pourtant j'ai recherché ce réconfort que l'on pouvait avoir quand on était tout petit.

Je sent quelque chose d'humide sur ma joue. Quelque chose de chaud. Serrais se de' l'eau provenant du gant de toilette ? Possible mais ça ne vient pas du gant. Je sent que l'eau provient de mon œil. Une larme ? Je pleure ? Moi ? On dirait que Zach ma contaminé peut-être avec ses crises de larmes. Me voilà maintenant à pleuré comme un enfant ; comme lui en faite. Décidément je crois bien que tu avais raison ma douce et gentille femme. Serte c'est un gamin, un garçon par dessus le marché mais tu resteras la seul et unique femme que je n'ai jamais aimer !

Forgive me but I love him so much.

Tout c'est fait tellement vite. Je me pose tant de question m'aime-t-il ? Aura-t-il peur de moi si il apprenait mes sentiments ? Il faut que j'ouvre les yeux. Ce n'est pas le moment de me comporté comme une jeune fille amoureuse. Je me sent déjà pathétique alors n'en rajoutons pas.

Tient ? J'avais oublier quelque chose. C'est quoi cette source de chaleur qui se trouve a coté de moi ? Serais se Zach ?
Je pend le gant de toilette qui se trouvais sur mon front qui est maintenant tiède, certainement du à la forte fièvre que j'ai eu. Je me lève doucement sans pour autant sortir de mon lit. Juste le buste. Je me tourne vers la source de chaleur qui était à coté de moi et me retrouve les yeux plongé, fasciné, même je dirais aspirer par ces perles argenté qu'était celles de Zach.

Je suis gêner qu'il m'est aider, mais je sais que sans lui je ne saurais ce qui me serais arriver. Je n'aime pas que l'on s'occupe de moi. J'en rougis d’ailleurs. Mais j’essaie de rester le plus calme possible et lui dit juste : « Merci ».

J’essaie de me sortir du lit mais je ne sais ce qui m'en empêche.
Revenir en haut Aller en bas
Zach Keiner
Zach Keiner
Forgive me.


Messages : 104
Date d'inscription : 16/08/2011

[+18] La maladie a parfois de bons côtés. [PV Vincent Valentine] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [+18] La maladie a parfois de bons côtés. [PV Vincent Valentine] [+18] La maladie a parfois de bons côtés. [PV Vincent Valentine] - Page 2 EmptyDim 15 Déc - 18:42




  • Je reste ainsi, allongé. Je le regarde. Il dort ? Est-il bien ? A-t-il froid ? Je ne sais pas. J’ai peur de ne pas assez m’occuper de lui. Je commence à fatiguer. Quelle heure est-il ? Je n’y ai même pas prêté attention. Je suis trop préoccupé par mon professeur. Son état m’inquiète. Est-ce parce qu’il a très peu dormi ? Ou alors, c’est moi qui l’ai rendu malade. Dans tous les cas, je m’en veux quelque peu. Je caresse sa joue. La fièvre aurait-elle baissée ? Je l’ignore. Je ne sais plus. Je suis perdu. Je l’aime. Oui, c’est sûr. Oh, comme je l’aime. Mais comment réagirait-il face à mes sentiments ? Son histoire est déjà bien triste. Alors si en plus, moi, chien errant trouvé dans la rue, commence à le draguer, il ne s’en sortira plus. Mais je ne le draguerai pas. Je ferai comme si de rien était.

    J’ai peur. J’ai peur qu’il me laisse. En fait, je ne veux pas qu’il se trouve une nouvelle petite amie. Parmi les professeurs, je suppose qu’il y en a certaines qui sont très belles. Très attirantes. Enfin, au moins une. Cette pensée m’attriste. Que dois-je faire dans ces cas-là ? Je serai automatiquement mis à la porte. Du moins, je m’enfuirai. Je lui dirai au revoir. Quoi que, non. Cela ne ferait que nous blesser encore plus. Oui, je fuirai. Oui, je partirai sans un mot. Oui, je le laisserai. Mais il sera heureux avec sa nouvelle femme, non ? Il aura trouvé l’amour. Et ne m’aura pas perdu. Je continuerai d’aller en cours. Mais je ne dormirai plus chez lui. Il me manquera. Il ne faut pas que je m’attache à lui ainsi. Pourquoi ? Pourquoi suis-je tombé amoureux de lui ? Pourquoi a-t-il fallut que ce soit un professeur ? Mon professeur. A nouveau, les larmes me montent.

    Je secoue la tête. Non ! Il faut que je me ressaisisse. Pour le moment, il n’a personne. Je ne peux me permettre de m’enfuir. Il a besoin de moi. Enfin, je l’espère. Qu’aurait-il fait seul ? Sans personne ? Il se serait réveillé plus tard. Ou alors, sa maladie se serait aggravée. Et là, personne ne pourrait l’amener à l’hôpital. Je me pince la lèvre inférieure. Sa respiration semble s’être calmée depuis. Je remonte bien la fine couverture sur lui, afin qu’il ne meurt pas de chaud, et qu’il y ait une barrière entre lui et moi. Je ne veux pas profiter de son sommeil pour le mater ou autre.

    Je pose ma tête sur son torse, écoutant les battements de son cœur. Son buste se soulève au rythme de sa respiration. Je ferme les yeux, n’écoutant que lui. Il n’y a plus rien qui m’entoure. Je suis aux anges, contre lui. Je me sens bien. Je me sens heureux. Merci, Vincent. Merci pour tout ce que tu as fait pour moi. Tu as été là à tout moment. Même quand c’est moi qui ai été dans l’erreur. Pourtant, voilà peu de temps que l’on se connait. Peu de temps que je vis avec toi. Et pourtant, tu as déjà fait beaucoup. Dans ma vie, dans mon malheur, dans les ténèbres, tu es la lumière. Ma lumière. Tu es cette lueur d’espoir que je ne trouve qu’en toi. Tu es cette personne que j’ai toujours rêvé de connaître. Tu es celui que j’ai toujours aimé au fond de moi. Qui ne me frappera pas à la moindre bêtise. Qui sera toujours là pour moi. Dans les moments de disputes, tu es celui avec qui je finirai toujours par revenir. Tu es la personne que je ne veux pas perdre. Tu es le seul ainsi. Tu es … Tu es toi, Vincent. Mais ça, je ne peux te le dire. Pas maintenant.

    Je souris faiblement. Je ne pleure pas. Je ne pleurerai plus avec lui. Il est mon bonheur perdu. Il est tout. Mais qu’est-ce que je raconte ? Je ne suis pas avec lui. Il ne m’aime pas. Du moins, pas comme je le souhaiterai. Je ne devrai pas me faire de faux espoirs comme lorsqu’il dort avec moi. Pourquoi nous dormons ensemble d’ailleurs ? Je l’ignore. Je sens soudainement quelque chose bouger. Je me recule légèrement. Vincent est là, il semble toucher le gant du bout des doigts. D’ailleurs, il serait peut-être temps que je remette de l’eau froide sur ce gant. Je le regarde. Ses yeux sont encore clos. Il a dû mal à se réveiller ? Je fais la moue, et te fixe encore. Encore et toujours. Je ne le quitterai pas du regard. Il tente de se relever légèrement, seulement le buste. Je l’observe, réprimant un grognement. Il se tourne soudainement vers moi, ses yeux plongés dans les miens. Je me sens rougir quelque peu. Je l’ai quand même déshabillé pour le mettre au lit. Bon, pas totalement. Mais tout de même ! Néanmoins, je ne le quitte pas des yeux.

    Je repense ensuite à ce que je lui ai dit précédemment. J’ai profité de son sommeil pour lui dire que je l’aimais. Finalement, je détourne le regard alors qu’il me remercie. J’entre ouvre mes lèvres, murmurant un léger :

    « ‘Pas d’quoi … »

    Je le vois qui tente de sortir du lit. Aussitôt, je pense qu’il tente de m’éviter. Non ! Je ne dois pas paniquer. Tout cela est faux. Et puis, pourquoi le voudrait-il ? C’est ridicule ! Doucement, je l’attrape par les épaules, et le rallonge. Je lui retire le gant et le plonge dans la bassine d’eau fraîche :

    « Il faut que tu te reposes, dis-je d’un ton ferme, voire presque froid. Un malaise, ce n’est pas rien. Je m’occuperai de tout. Tu n’as pas à t’en faire. Mais reste allongé, et repose-toi, c’est tout ce que je demande. »

    Après mon annonce, je repose le gant sur le front de mon professeur. Je fais tout cela sans rien ajouter. Le silence paraît gênant. J’ai envie de fuir. Non. J’ai envie de lui sauter au cou. De le serrer contre moi. De lui dire combien il m’a fait peur. Mais je m’efforce de ne rien faire. Je me penche ensuite vers lui, afin de remettre les coussins en place, les relevant doucement. Je tente de ne pas rougir en me collant presque à lui pour cela. Je croise son regard, je m’y attarde un instant. Mes lèvres sont à quelques centimètres des siennes. Si près. Je les embrasserai bien. Mais non, je ne dois pas. Je lui ai promis de ne pas recommencer. Je soutiens son regard et finalement ajoute :

    « Excuse-moi pour tes vêtements, mais ils étaient trempés de sueurs, commencé-je. Et tu aurais pu attraper froid. Excuse-moi aussi pour mon ton, mais tu m’as fait peur ! Et excuse-moi pour ne pas être arrivé plus tôt. »

    Je me relève légèrement, afin de m’éloigner de son corps qui vont finir par faire réagir le mien.


Revenir en haut Aller en bas
Vincent Valentine
Vincent Valentine
My sweetheart


Messages : 47
Date d'inscription : 16/02/2013

[+18] La maladie a parfois de bons côtés. [PV Vincent Valentine] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [+18] La maladie a parfois de bons côtés. [PV Vincent Valentine] [+18] La maladie a parfois de bons côtés. [PV Vincent Valentine] - Page 2 EmptyDim 15 Déc - 20:56

Je sentis deux mains frêle aux doigts très fin et long m'agripper les épaules et me ramené sur le lit en position coucher. Le ton de Zach m'avais vraiment fait peur. C'était la première fois que je le voyais s'énerver. On aurais dit un maître qui donnais un ordre à son chien. Sauf que lui est le mettre et moi je suis le chien. Lui qui étais tellement timide le voilà en train de me gronder ça j'ai voulus me lever. Je ne pouvais juste que le regardé avec de grand yeux et juste obéir. Je sais que s'il me dit ça c'est pour mon bien. Mais justement. Je ne suis pas habitué à ce qu'on s'occupe de moi. J'acquiesce.

Dans son regard argenté exprime de la peur beaucoup de peur. Est-ce qu'il a  eu peur pour moi ? D'un coté je comprend que voire son professeur qui lui a sauver la vie s'écrouler au sol ne devait pas être une partie de plaisir. Je m'en veux tellement.Il me remet un gant de toilette froid sur le front. Il est à quelque centimètre de moi et ses lèvres me nargue. Ces lèvres roses.

Je remarque qu'elle que choses d'autres. Ses yeux sont rouge. Comme s'il avait pleuré. L'aurais-je fais pleuré ? Moi qui me suis promis de ne jamais lui faire du mal, de ne jamais le rendre malheureux, de ne plus le faire pleuré. Et lui, il a pleuré. J m'en veux tellement de lui faire subir ça. Peut-être croit-il que j'ai attrapé sa maladie. Il est possible que je l'ai attrapé. C'est vrais. S'en voudrait-il ? Voudrait-il payé sa dette du fait que je l'ai sauver en me soignant à mon tour ? Me voilà maintenant à me poser des questions et à  m’inquiète comme une jeune fille amoureuse. Trop de question se pose dans mon crâne. Je commence à avoir mal à la tête à force de réfléchir.

Débranche ton cerveau Vi !

Je le voit s'en aller de la chambre. Au moment où il allait se lever du lit je lui attrape le poignet. Ce poignet si fin au quelle une peau laiteuse lui recouvre. Je rapproche son poignet et je lui embrasse le coté interne de celui-ci. Je peut sentir son pou avec mes lèvres. C'est électrifiant. Je l'attire vers  moi pour qu'il puise se trouvé sur mon tors. Je le prend dans mes bras. J'ai tellement peur de le serrer trop fort de peur de le casser. Je lui dit au creux de son oreille :
« Tes yeux sont rouge Zach. Tu as pleuré ? Tu as eu peur ? Je suis désolé. Pourtant je m'étais promis de ne pas te faire de mal et pourtant je t'ai fait pleuré. Pardon Zach, forgive me My Sweetheart. »
Je redresse son visage afin que nous soyons face à face.

Il est tellement mignon.  Lui me fait comment dire vibrer. Il m'attire. Suis-je un lolicon ? Ma réponse est oui. Ces lèvres rose pâle me font penser à des pétale de rose toute rose. En Espagne il est dt que les roses rose sont le symbole de l'enfance, de l'innocence. Oui il ma l'aire innocent touchant. Comme un oiseaux tombé du nid et qui a été blesser. Et moi je pense que je serais le chat qui viendrais voire l’oiseau blesser et qui va le mangé tout crus. Ces lèvres qui me nargue maintenant depuis quelque minute me font perdre la raison et je l'embrasse comme j'amais.
Revenir en haut Aller en bas
Zach Keiner
Zach Keiner
Forgive me.


Messages : 104
Date d'inscription : 16/08/2011

[+18] La maladie a parfois de bons côtés. [PV Vincent Valentine] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [+18] La maladie a parfois de bons côtés. [PV Vincent Valentine] [+18] La maladie a parfois de bons côtés. [PV Vincent Valentine] - Page 2 EmptyDim 15 Déc - 22:39




  • Je me relève doucement, m’écartant de mon professeur. Sa chaleur me manque déjà. J’ai envie de me retrouver contre lui. De me lover contre lui. De l’aimer, le chérir comme jamais. Je détourne le regard. Si jamais mes yeux croisent les siens, je risque de rougir, et de revenir sur lui. J’ai peur qu’il me rejette. J’ai peur de le répugner. J’ai peur de le perdre. Je pense que ces frayeurs ont assez duré. Alors, je ne vais pas en ajouter d’autres. Je ferme les yeux doucement, me reculant à contre cœur. Lorsque soudain, je sens quelque chose me retenir. Je me retourne, le regard remplit d’incompréhension. Vincent ? Que me veut-il ? Il m’embrasse l’intérieur du poignet. Là où l’on voit toutes les fines veines bleues. Là où se trouve une des artères principales de notre corps. Je sens mes joues s’empourprer. Mon cœur s’accélère. Oh, j’espère qu’il ne le sent pas lors de son baiser.

    Je me racle la gorge et tente de retirer mon bras avant que je ne fasse une bêtise. Mais, de nouveau, il me retient. J’ouvre la bouche pour parler, mais je n’ai le temps de rien faire qu’il me tire contre lui. Je tombe sur son torse. Derechef, mes joues virent au rouge. Je sens les larmes me monter aux yeux. Il ne comprend pas que j’essaie de préserver notre relation professeur, élève ? Pourquoi fait-il cela ? Pourquoi m’empêche-t-il de m’échapper ? Je dois cesser tous faux espoirs. Non. Je dois arrêter d’y penser. Mais je l’aime tellement. Pourquoi ? Pourquoi me retiens-tu ? Me rapproches-tu ainsi ?

    Mon regard paniqué et remplit d’incompréhension croise le sien. Je plonge mes yeux dans ceux de glace de Vincent. Il me serre contre lui. Légèrement. Mon cœur rate un battement. J’ai l’impression que je vais exploser. Je me sens si heureux. Et en même temps, je ne dois rien montrer. Un souffle passe près de mon oreille. Sa voix résonne alors au creux de mon oreille. Je me sens si bien :

    « Tes yeux sont rouges Zach, commence-t-il doucement. Tu as pleuré ? Tu as eu peur ? Je suis désolée. Pourtant, je m’étais promis de ne pas te faire de mal. Et pourtant, je t’ai fait pleurer, dit-il alors que je décèle du regret dans sa voix. Pardon Zach, forgive me My Sweetheart. »

    Je ne suis pas vraiment un as en ce qui concerne l’anglais. Mais j’ai quelques notions. Et ce qu’il vient de dire est vraiment effarant. Je rougis violemment, me mordant la lèvre. J’ai envie de pleurer. De joie. Mais je ne fais que pleurer. Alors je me retiens. Mes yeux me trahissent peut être. Ils doivent briller. Je pense tout de même que c’est la fièvre qui lui fait dire cela. Finalement, je cesse de me pincer les lèvres et lui répond :

    « Non, ne t’excuse-pas, murmuré alors qu’il redressait mon visage vers lui. J’étais juste inquiet. Ce n’est pas comme si tu me frappais. »

    Je lui adresse un doux sourire, comme pour le rassurer. Son regard… Il semble sincère. Il ne semble pas fiévreux. Du moins, moins qu’avant. Je l’observe longuement, je me perds dans ses yeux. J’entre-ouvre les lèvres pour ajouter quelque chose. Je veux me relever pour repartir avant la moindre bêtise de ma part. Mais son regard semble attiré par autre chose que mes yeux. Je prends appui sur mes mains pour me relever, quand d’un coup, je vois le visage de Vincent se rapprocher. Je n’ai pas le temps de faire quoi que ce soit que ses lèvres se pressent contre les miennes. Mon visage devient pourpre. Comme elles sont douces et agréables ces lèvres ! Je fonds littéralement face à lui. Je réponds au baiser, avec tendresse. J’ignore pourquoi, j’ajoute de l’amour au baiser. J’ajoute aussi de la passion. Je l’embrasse follement. Mon cœur bat rapidement. Je n’ai jamais ressenti cela aussi fort. J’aimerai le lui avouer. Mais si jamais c’est la fièvre, je me sentirai mal. Néanmoins, je ne peux m’empêcher de passer mes bras autour de lui, approfondissant le baiser avec amour. Je garde les yeux clos, le serrant contre moi. Je frémis, et, me rendant compte de ce que je fais, me détache de ses lèvres :

    « Pardon … Je … N’aurai pas dû … »

    Je me mords la lèvre.


Revenir en haut Aller en bas
Vincent Valentine
Vincent Valentine
My sweetheart


Messages : 47
Date d'inscription : 16/02/2013

[+18] La maladie a parfois de bons côtés. [PV Vincent Valentine] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [+18] La maladie a parfois de bons côtés. [PV Vincent Valentine] [+18] La maladie a parfois de bons côtés. [PV Vincent Valentine] - Page 2 EmptyLun 16 Déc - 16:09

Ce baiser était comme de l'électricité statique. J'avais le souffle couper. J'avais chaud. C'était étouffant. Mais pourtant je ne pouvais m’arrêter. C'était comme si je m’enivrai d'une drogue ou de l'alcool. On se dit d'arrêter mais en faite on en veux toujours plus.
Je ne sais pas si c'est ma fièvre qui fait que je me comporte ainsi. En tout cas une chose est sur je ne veux pas me séparer de ma lumière qui ma sauver la vie, cette lumière au yeux d'argent. J’approfondis le baiser. Je mes ma main dans ses cheveux pour ne pas qu'il s'arrête. Mais malheureusement il s'écarte au moment même où je pose ma  main dans ses cheveux. Et il me dit avec ce visage si  mignon qu'il pourrais faire craqué N'importe qui ( à part à cette personne que je déteste qui le frappait), ces joues son rouge et il a une respiration saccadé :
«  Pardon … Je … N’aurai pas dû … »
Il se mord la lèvre. Comme s'il avait fait une bêtise. Pourquoi s'excuse-t-il ? C'est moi qui est voulus l'embrasser. C'est moi qu'il est initier à ce baiser. Je rit un peu puis le plaque contre moi en lui disant :
« T'es bête Zach ! C'est moi qui t'es embrasser alors pourquoi tu t'excuserais ? Je ne vois pas où est la mal. »

Je l'initie à un nouveau baiser. J'y met plus de force. C'était une punition qu'il est voulus arrêté notre baiser. Je met la main dans ses cheveux doré et approfondi mon baiser avec plus de passion que jamais. Après tout ça fait tellement longtemps que je 'avais pas embrasser quelqu'un avec autant de force et de passion. J'ai l'(impression de revivre. Pardon, je rectifie, je revis. Je nage en plein bonheur. Ma fièvre et bien le cadet de mes soucis.
Je n’aurais jamais crus qu'être avec une personne vraiment plus jeune que soit soit aussi bon. A timidité et touchante et je pense qu'il ne se rend pas comte à quel point il est séduisant et pourtant j'ai vingt six ans et je suis professeur. Son professeur pour être exact. Mais maintenant je ne m'arrête plus cette penser de relation professeur et élèves. Nous sommes deux êtres humains, deux hommes blesser qui recherche le réconfort d'une personne qui pourrais leur en donné. Quoi de mieux qu'une personne blesser en retour ?

Je descend ma main sur sa nuque et la caresse du bout des doigts tant dis qu'une autres main va sous le T-shirt de ce dernier et viens toucher un petit bouton sur son tors. On ne peut dire que le corps d'un homme me dégoûte. Il me fait juste craquer. J'enlève son T-shirt. Je me fiche qu'ils soit d'accord. C'est peut-être a cause de ma fièvre mais J'en peut plus. J'ai trop chaud et pourtant je suis juste en sous-vêtement. Il est juste au dessus de moi.Je sent quelque choses de proéminent alors je lève légèrement la jambe qui se trouve entre les siennes. J’entends un petit râle. Je crois qu'il réagis. Il faut dire ben qu'il est gay donc si il réagissait pas c'est que je ne lui plaît pas.  Pour ma part ça devient douloureux dans le sens de ce qui se trouve en dessous de la ceinture. Je suis un home en bonne santé et un peu aigris. Mais c'est comme ça. Je le veux. Je veux le protéger. Qu'il devient miens quoi qu'il advienne et je ferais en sorte d'arriver à mes fins. Je veux qu'il devienne mon amant. Je l'ai dit. Il était temps. J’appuie mes hanches contre les siens pour bien lui faire comprendre que je ne suis pas insensible à son charme. Bien au contraire. Je me frotte à lui. Je veux voire se visage s'empourpre pour moi et rien que pour moi. Je veux le torturer (dans les bons sens du termes). Il me rend fou.

Que faire ? Va-t-il répondre a c e que je ressent ?
Revenir en haut Aller en bas
Zach Keiner
Zach Keiner
Forgive me.


Messages : 104
Date d'inscription : 16/08/2011

[+18] La maladie a parfois de bons côtés. [PV Vincent Valentine] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [+18] La maladie a parfois de bons côtés. [PV Vincent Valentine] [+18] La maladie a parfois de bons côtés. [PV Vincent Valentine] - Page 2 EmptyLun 16 Déc - 19:56




  • Je suis transporté. Je suis ailleurs. Je ne suis plus moi. Je nage dans le bonheur. Alors, c’était cela ? Ce que je cherchais depuis si longtemps ? Voilà des lustres que je n’avais plus ressenti cela. C’est agréable. Je me recule de ce baiser à contre cœur. A vrai dire, j’y ai répondu seulement par amour. Sinon, je l’aurai repoussé. Peut-être qu’il me confond avec son ex-femme ? Dans ces cas-là, je ne veux pas me faire de faux espoirs. La fièvre peut transformer un homme. Je sais que j’ai des traits androgynes, mais tout de même. Je baisse la tête. Je ne veux pas croiser de nouveau ce regard qui semble tant me désirer. Il passe une main dans mes cheveux, jouant avec mes mèches. Je le laisse faire sans mot, après m’être excusé. Ainsi, il se rappellera que c’est de moi dont il s’agit, et non de sa femme décédée.

    Finalement, il me sert contre lui, ricanant doucement. J’hausse les sourcils, surpris :

    « T’es bête Zach ! rit-il. C’est moi qui t’ai embrassé, alors pourquoi tu t’excuserais ? Je ne vois pas où est le mal. »

    Je sens les larmes me monter. Je me suis trompé. A force de toujours vouloir effacer mes faux espoirs, je les ai enfouis, m’inventant toujours une excuse à chaque fois. Il vient de me prouver que c’est bien moi qu’il embrasse. Que c’est à moi que tous ces gestes affectifs sont destinés. Ma vision se trouble. Je crois que j’ai envie de pleurer. Mais de joie. Depuis quand n’ai-je pas ressenti une pareille chose ? Je ne peux m’empêcher de sourire. C’est trop agréable. Autant en profiter. Bien que je sois toujours convaincu que c’est la fièvre qui le met dans cet état.

    Je le sens me relever un peu contre lui. Je lève la tête, et il m’embrasse de nouveau. Cette fois-ci, je ne suis pas autant surpris que la première fois. Mais ce baiser à quelque chose de plus. Quelque chose qui semble ne plus vouloir me lâcher. Comme si je lui appartenais. Ô, Vincent. Si tu savais ce que je ressens. Je suis tiens. Je t’appartiens. Je suis à toi. Rien qu’à toi. Tu peux me faire ce que tu voudras, je ne te quitterai jamais. J’ignore comment j’ai pu vouloir m’enfuir. Comment j’ai pu vouloir le laisser seul à nouveau. Comment j’ai pu vouloir quitter cet appartement. J’ai l’impression d’en faire partie. Mais n’allons pas trop vite en besogne. S’il faut, tout cela est dû à la fièvre.

    Néanmoins, je réponds à son baiser. J’aime ses lèvres. Si j’hésitais encore à dire que je n’avais aucun sentiment pour lui, maintenant, ces soupçons ont disparu. J’aimerai le lui hurler. Je t’aime. Je t’aime Vincent. Mais je pense qu’il est encore trop tôt pour te le dire. Après tout, cela ne fait qu’une semaine que l’on se connait. Au grand max, deux semaines !

    Sa main qui jouait avec mes cheveux descend maintenant sur la nuque. Je frémis au contact de ses doigts contre ma peau. Son autre main se glisse alors sous mon t-shirt. Avant qu’il ne puisse entamer quoique ce soit, je sens mon corps réagir. Cette proximité est nouvelle. Et il y a beaucoup trop d’émotions d’un coup. Puis, je réalise ; Il veut le faire avec moi ? Un homme ? Je pensais pourtant que cela le répugnerait. Pourquoi ? Pourquoi veut-il aller aussi loin avec moi ? Je veux être là pour lui. Oui. Mais je pense que la fièvre le fait aller trop loin. Ses doigts viennent titiller un de mes tétons. Je rougis doucement. Et voilà que cela commence. J’ai de plus en plus chaud. Je me retiens d’haleter légèrement d’envie. Ou de plaisir. Je lâche un maigre gémissement alors qu’il lève la jambe. Comme pour observer quelque chose. De nouveau, je rougis. Plus violemment. Il va finir par croire que je gémis pour un rien. Et je vois qu’il a remarqué la réaction de mon corps ; La bosse qui compresse et semble m’étouffer. J’ai de plus en plus chaud. Cela en devient presque insupportable.

    Il a dû voir ma gêne, car peu après, il me fait comprendre qu’il n’est pas indifférent non plus. Pardon ? N’est-il pas hétérosexuel ? Cette action libère mon appétit sexuel. Si je puis dire. Au diable sa fièvre. Je n’en peux plus. Je le veux. Je veux être avec lui, contre lui. Je l’embrasse de plus belle, mêlant ma langue à la sienne. Je l’embrasse sans relâche. J’y mêle passion, amour, et tendresse. Mes mains parcourent son corps à demi dénudé. L’une d’elle vient caresser sa joue tandis que l’autre joue avec son torse. J’ai peur d’en faire trop. J’ai peur d’aller trop loin. Il se frotte à moi. Cette fois-ci, je n’essaie pas de cacher mes envies. Je frémis à ses frottements, et gémis doucement :

    « Pour quelles raisons … commencé-je d’une petite voix. Tout cela … ? »

    Je colle son front au mien. Son corps est brûlant. Le mien aussi. Nous sommes tous deux excités par cette situation. Tels deux amants s’aimant lors d’une nuit commune. Je plonge mon regard d’argent dans celui de mon professeur. Non. Je dois cesser de l’appeler ainsi. C’est Vincent. Et non Monsieur Valentine. J’aime ce Vincent. J’aime cet homme. Je t’aime.


Revenir en haut Aller en bas
Vincent Valentine
Vincent Valentine
My sweetheart


Messages : 47
Date d'inscription : 16/02/2013

[+18] La maladie a parfois de bons côtés. [PV Vincent Valentine] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [+18] La maladie a parfois de bons côtés. [PV Vincent Valentine] [+18] La maladie a parfois de bons côtés. [PV Vincent Valentine] - Page 2 EmptyLun 16 Déc - 20:41

Il est tellement mignon quand il est excité. Il me donne encore plus envie de le torturé. Je suis de plus en plus rapide avec mes mouvements. Des mouvements plus suggestif, plus passionné, avec encore plus de force. Moi qui croyais que la fièvre affaiblissais. Ben pas pour moi alors. Bien au contraire.

Je passe ma main sur sa ceinture alors que j'initie Zach à un nouveau baiser. Alors qu j'ai les yeux clos je défais avec une habiliter hors u commun sa ceinture et défait les boutons de on jean et sans crié garde je passe la main sous sa ceinture de caleçon afin d’agrippé cette grosseur.

(HP : Attention âme sensible s'abstenir. Les écrits qui vont suivre sont déconseillés aux moins de dix huit ans.)

Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas
Zach Keiner
Zach Keiner
Forgive me.


Messages : 104
Date d'inscription : 16/08/2011

[+18] La maladie a parfois de bons côtés. [PV Vincent Valentine] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [+18] La maladie a parfois de bons côtés. [PV Vincent Valentine] [+18] La maladie a parfois de bons côtés. [PV Vincent Valentine] - Page 2 EmptyMar 17 Déc - 20:54




  • Une semaine. Il m’a fallu seulement une semaine avant d’éprouver des sentiments amoureux. Je suis pathétique. L’a-t-il remarqué ? Est-ce réciproque ? Je me mords la lèvre. J’ai peur de le lui dire. J’ai peur qu’il se rit de moi. J’ai peur que tout cela ne soit qu’illusion. Et s’il couchait avec moi juste parce qu’il est en manque ? Je réfléchis trop. Pardon Vincent. J’aimerai juste l’entendre. La fièvre peut nous faire faire des choses totalement folles. Mais au moins, avec cela, on a tendance à dire ce qu’on pense. S’il pouvait juste être direct. Dans tous les cas, je coucherai avec lui. Qu’il m’aime ou non, je lui ferai l’amour. Nuit et jour. En ce moment, je suis le plus heureux des hommes. Mais j’ignore si la fièvre lui fait faire une bêtise, ou si … Ou s’il m’aime réellement. J’aimerai l’entendre dire. J’aimerai le lui dire …

    Vincent m’embrasse de nouveau. Je réponds au baiser. Je veux le serrer contre moi, mais nos mains m’en empêchent. En parlant de cela, le voilà qui défait ma ceinture. Son geste est rapide. Il a envie de moi. Je peux le sentir. Il défait mes boutons un à un. Peu à peu, je me sens comme libéré. Ce jean commençait sérieusement à me compresser. Cela en devenait insupportable. Je remercie mon professeur du regard. Comme c’est agréable. Je sens soudainement sa main passer sous mon caleçon. Je ne peux m’empêcher de rougir violemment. Avant même que je ne m’en aperçoive, un gémissement sort de ma gorge. A vrai dire, c’est surtout dû à la surprise du geste. Pourtant, je le laisse faire.

    Spoiler:


Revenir en haut Aller en bas
Vincent Valentine
Vincent Valentine
My sweetheart


Messages : 47
Date d'inscription : 16/02/2013

[+18] La maladie a parfois de bons côtés. [PV Vincent Valentine] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [+18] La maladie a parfois de bons côtés. [PV Vincent Valentine] [+18] La maladie a parfois de bons côtés. [PV Vincent Valentine] - Page 2 EmptyMar 17 Déc - 21:58

Je sent un liquide brûlant percuté mon palais. J'avale ce liquide chaud. Il est vraiment très sensible. Serre se sa première fois ? Comme c'est intéressante ? Bien que ça fait longtemps que je n'ai pas couché avec un homme je trouve que je reprend bien le coup de main. C'est comme le vélo. Je regarde mon partenaire. Son visage et sur le coté. Il est encore tout rouge. Sûrement à cause du plaisir qu'il a ressenti.

Je l'entend murmurer : « Vi … Je suis à toi ».

Ai-je bien entendus ? Il est a moi ? Et il m'appelle par un surnom ? Mon surnom ? Il se donne à moi ?


Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas
Zach Keiner
Zach Keiner
Forgive me.


Messages : 104
Date d'inscription : 16/08/2011

[+18] La maladie a parfois de bons côtés. [PV Vincent Valentine] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [+18] La maladie a parfois de bons côtés. [PV Vincent Valentine] [+18] La maladie a parfois de bons côtés. [PV Vincent Valentine] - Page 2 EmptyVen 20 Déc - 17:37




  • Je me sens rougir. Pourquoi ai-je dit cela ? J’espère sincèrement qu’il n’a rien entendu. Je ferme un instant les yeux, comme pour me dire que je n’ai rien dit. Qu’il ne s’est rien passé. Mais rien n’y fait. J’entends sa respiration. Je sens sa présence. Je suis à lui. Je me donne à lui. Mon corps ne m’appartient plus. Je rouvre mes yeux. Ces derniers se dilatent à la lumière. J’observe mon camarade de jeu, mon professeur. Comme il est beau. Il m’attire. Il m’excite. Je ne le cacherai pas. Je ne cacherai rien. Mes sentiments ? Oui, il faut que je le lui dise. Il faut qu’il sache. Il faut que je le lui apprenne tout avant que l’on aille trop loin. Si je dois le dégoûter, autant que ce soit maintenant. Peut-être que cela le ramènera sur terre ? Au fond, je n’espère pas. Je veux qu’il reste ainsi. Chaud comme la braise. Contre mon corps. Ô, comme j’aime cela. J’ignorais que cela me ferait autant de bien. Même si pour l’instant, nous ne sommes pas allés bien loin.

    Vincent se met à ma hauteur. Nos visages sont proches. Je peux humer son odeur. Je peux le sentir. J’halète légèrement. J’ai envie de lui. Mais je me retiens. J’ai peur d’en demander trop. Après tout, cela reste ma première fois. Je ne le quitte pas du regard. Il m’a hypnotisé, captivé. Je ne peux plus me détacher de lui. Je suis enchainé. Je suis à lui. Je suis bloquée. Je suis sien. Je sens son regard se faisant insistant. Il essaie de deviner mes pensées ? D’un simple regard, je tente de lui montrer tout ce que je ressens. Toutes ces soudaines émotions, tous ces sentiments. Je l’aime. J’ai envie de lui. J’essaie de lire dans son regard, je veux connaître ses pensées. Je veux savoir ce qu’il pense de moi. En vain. J’ignore encore si c’est la fièvre, ou si c’est ce qu’il souhaite vraiment.

    Spoiler:



Revenir en haut Aller en bas
Vincent Valentine
Vincent Valentine
My sweetheart


Messages : 47
Date d'inscription : 16/02/2013

[+18] La maladie a parfois de bons côtés. [PV Vincent Valentine] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [+18] La maladie a parfois de bons côtés. [PV Vincent Valentine] [+18] La maladie a parfois de bons côtés. [PV Vincent Valentine] - Page 2 EmptyMer 22 Jan - 9:55

Je reste figer. J'en crois pas mes oreilles. Il m'aime ? En si peu de temps ? Enfin je peux parler. C'est pareil. Mais j'en rougis à cette déclaration. C'est soudain. Vraiment soudain. Que faire ? Que dire ? Je … l'aime aussi mais je me sens bizarre. J'hésite à faire le fameux acte. Si il y a des sentiments dans tout ça. Ça devient vraiment sérieux. Je ne veux pas joué avec les sentiments. C'est trop douloureux... Trop cruel.

J'ai soudain l'envi de pleuré face a cette déclaration et cette main sur ma joue qui est un peu froide à mon goût. Certainement à cause de ma fièvre. Du moins elle n'est pas si froide que ça. Je dirais tiède. Donc je présume qu'il est bouillent .

Je suis en face de lui, celui qui m'aime et que j'aime. Son visage est rouge et ses yeux ne dise qu'une seul chose : « Je te veux. » Je ne panique pas . Je suis juste un peu perturbé. Mes sentiments bouillonne mais je les contrôles. J'ai envie de lui dire que moi aussi je suis insensé et que en si peu de temps moi aussi je suis tomber amoureux de lui. Mais je suis bien trop lâche pour ça ! Peut-être que je pourrais faire un effort … juste pour lui.

Je veux être tendre mais comment faire pour lui faire comprendre que si j'ai envie de lui faire l'amour ce  n'est pas par frustration mais par amour. C'est un acte d'amour.Je ne veux pas que cette acte soit pris comme « coucher avec quelqu'un ». Surtout avec professeur. Pour moi ce n'est pas un coup. Si c' était ça je serais allé dans un bar ou autres part mais pas dans un endroit bien fréquenté ça c'est claire et encore moins chez moi, dans mon lit par dessus le marché.

J'attrape sa main poser sur ma joue. Je l'amène face à mes lèvres et l'embrasse tendrement. J'entrelace mes doigts avec les siens. J'ai envie de lui. Je le veux rien qu'à moi. Ni son  père ne quiconque ne me séparera de lui. Je le promet. Je ne laisserais pas partir. Je le protégerais quoi qu'il advienne. J'embrasse tout doucement ses lèvres. Comme si il était une poupée de porcelaine, en sucre. Je m'approche de son oreille, prêt à lui dire que moi aussi je l'aime, mes mon cerveau à parlé en premier et me disait de ne rien dire, du moins pour l'instant alors je lui lèche et mordille cette dernière.

Il faut bien l’admettre son visage me donne envie de le torturé à petit feu mais d'un autres coté je ne veux pas lui faire  mal je veux juste que ce soit magique. Autant pour lui que pour moi. Je veux que se  soit magique autant pour moi que pour lui.
Une alarme retenti dans mon crâne. Il y a un détail des plus important que j'ai oublier. Mais qu'est ce que je fais ! Je suis vraiment idiot ! Un idiot !

Est ce que c'est ça première fois ?

Oh my God ! J'allais faire ça sens avoir demandé cette question qui est la plus importante . Et surtout crucial ! Comment est ce que j'ai fait pour l'oublier !

Parce que t'étais chaud comme la braise ! Imbécile !

Serte je suis un imbécile mais un imbécile amoureux alors.  Je regarde mon chers et tendre et lui dit un peux gêner de poser cette question alors qui vient de me faire sa déclaration qui ma vraiment touché même mieux que ça, qui ma rendus heureux :

« Zach … Serres ta première fois ? Je demande juste pour ton confort. »
Revenir en haut Aller en bas
Zach Keiner
Zach Keiner
Forgive me.


Messages : 104
Date d'inscription : 16/08/2011

[+18] La maladie a parfois de bons côtés. [PV Vincent Valentine] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [+18] La maladie a parfois de bons côtés. [PV Vincent Valentine] [+18] La maladie a parfois de bons côtés. [PV Vincent Valentine] - Page 2 EmptyMer 22 Jan - 17:38




  • Il va mal le prendre, hein ? Tout est fichu, n'est-ce pas ? Je gâche toujours tout. Et ces mots qui sont sortis tous seuls. Néanmoins, je ne le regrette pas. Je veux fuir. Je veux partir. Juste me cacher. Mon coeur se serre. Il ne répond rien. Je lui adresse un sourire partagé entre la joie et la tristesse. Ou la gêne, et l'excitation. Je ne saurai dire. Mon cerveau est trop embrumé. Mon coeur bat à cent à l'heure. Je voudrai savoir sa réponse. Je voudrai qu'il me dise que lui aussi. Ou alors, je n'ai qu'à lui laisser du temps. Oui, du temps ! Qu'il réfléchisse à cela. Ce n'est rien s'il souhaite arrêter notre acte si tôt.

    Je le vois se figer. Il semble surpris. Non. Vincent. Regarde-moi. Ne me quitte pas des yeux. Je me fiche de tout. Je veux juste que nous soyons que tous les deux. Peu importe pour les sentiments. Ne t'arrête pas maintenant. Pas si proche du but. Je me mords la lèvre, frustré. Ou stressé ? Toutes mes émotions volent et virevoltent en moi. Elles s'entrechoquent. J'ignore ce que je ressens principalement. Je le fixe, les joues encore rougies par l'excitation. Lui aussi est rouge. Mais je doute que ce soit dû à notre acte. Je regrette, et en même temps non. Si je ne lui avais pas avoué mes sentiments dans cette poussée d'adrénaline, je ne l'aurai sûrement jamais fait. Jamais dit. Et je regrette car cela l'a stoppé dans notre voie. Je veux qu'il continue.

    Ne retire pas tes mains de moi. J'ai chaud et froid à la fois. Je suis excité et en même temps apeuré. Je souffre, et je suis heureux. Je ressens tant de choses contradictoires. Comprends-moi. Pitié. Ne t’arrête pas. Reprend où on en était. Ou alors, dis quelque chose. Tu me fais peur. Après tout, tu étais sur le point de coucher avec un homme, qui plus est ton élève ! Ne sois pas choqué par mes sentiments. Tu devais t’en douter.

    Il prend ma main. Il la prend alors qu’elle était posée sur sa joue. Je me fige. Je me referme. Mon cœur bat de plus en plus vite. Dis quelque chose avant que je ne fasse un arrêt cardiaque ! ai-je envie de lui dire. Je me mords de nouveau la lèvre. La panique s’empare de moi. Lui semble calme. Il porte sa main à ses lèvres et y dépose un baiser. Doux. Chaud. Il s’approche de moi et m’embrasse ensuite. Je manque de sauter de joie. Mon cœur rate un battement. Ce baiser est plus intense que d’habitude. Du moins, j’ai l’impression qu’il m’embrasse avec toute la tendresse du monde. Je réponds au baiser. La tendresse. Je n’ai plus l’habitude de cela. J’ai très envie d’approfondir le baiser. De le rendre plus fougueux. Plus chaud. Je veux perdre haleine dans mon baiser. Je veux le serrer, goûter ses lèvres avec envie, les connaitre par cœur. Je ferme les yeux, mais il se détache déjà de mes lèvres. Je fais la moue, quelque peu déçu. La chaleur est revenue en moi. Il ne me repousse pas. Je suis aux anges.

    Je ne veux pas coucher avec lui. Je veux lui faire l’amour. Je veux l’aimer. Je veux le serrer contre moi. Ses lèvres viennent se loger près de mon oreille. Que veut-il ? Je sens son souffle chaud. Je ferme les yeux. C’est agréable. Soudainement, il attrape mon oreille pour la lécher et la mordre. Sous la surprise, je lâche un gémissement de plaisir, avant de plaquer une main contre ma bouche. Je suis excité au plus haut point. Et il trouve encore moyen de me faire languir. Je le veux. Veut-il que je le lui dise ? Je rougis après mon gémissement. Ce n’était peut-être pas approprié avec l’ambiance ─ ou silence ? ─ gênante juste avant. Il se recule. Je réprime un couinement. Non, reviens contre moi ! Laisse-moi humer ton odeur, sentir ta chaleur contre mon corps.

    Il ouvre les lèvres :

    « Zach, commence-t-il avant de marquer une courte pause. Serait-ce ta première fois ? Je demande juste pour ton confort. »

    Tu peux me demander ce que tu veux. Je le ferai. Je répondrai. Puis, je prends conscience de sa question. Mes joues s’empourprent. Plus que lorsque je suis excité. Je baisse la tête, non pas honteux, mais simplement gêné :

    « Oui … »

    Je relève la tête vers lui. Je me rends compte que j’ai plus envie de lui que de l’écouter parler. Est-ce mal ? Est-ce étrange ? Je l’ignore. Je pense que oui. Je lui dis que je l’aime, et ce qui m’inquiète le plus, c’est si l’on va finir par faire l’amour ou non. Mais pour moi, cet acte n’est pas rien. Je me pince la lèvre avec mes dents :

    « Si je le suis encore, c’est parce que je n’ai jamais vraiment eu l’occasion de le faire par le passé, ajouté-je en l’observant. Et je voulais que ce soit avec une personne avec qui je serai stable, et casé. Ce n’est pas le cas, je le sais. Mais je ne veux plus attendre. S’il te plaît, ne me repousse pas. »

    Je tente de dire cela avec calme. Le plus de neutralité possible. Mais ma phrase se termine en un soupir d’envie. Je ne peux le quitter des yeux. Que dis-je ! Je le dévore carrément du regard. Je m’avance vers lui et l’embrasse à nouveau.


Revenir en haut Aller en bas
Vincent Valentine
Vincent Valentine
My sweetheart


Messages : 47
Date d'inscription : 16/02/2013

[+18] La maladie a parfois de bons côtés. [PV Vincent Valentine] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [+18] La maladie a parfois de bons côtés. [PV Vincent Valentine] [+18] La maladie a parfois de bons côtés. [PV Vincent Valentine] - Page 2 EmptySam 25 Jan - 19:44



Oh la boulette ! J'allais être sa première fois alors que j'allais lui faire l'amour comme un mal propre. Si c'est sa première fois alors je vais lui faire une première fois. Ses supplications sont vraiment dure à résister. Mais je me dois. Comme on dit plus on à faim meilleur est le repas. Pas que je n compare Zach  à un repas mais ce n'est pas loin je dirais. Je me lève et sort du lit. Je sais que maintenant il doit être blessé et il doit croire que je l'est repoussé. Mais je pense qu'il ne regrettera pas ce que je vais faire pour lui.Il me remerciera.

Je ne le repousserais pour rien a monde. Même si c 'est bête je pense que c'est très important d'avoir une première fois magique. Je me dirige vers le salon heureusement qu'il fait tout noie dans le salon. Il pourra encore moins voire ce que je fat. Je prend le bouquet qui se trouve sur la table du salon. J'aime quand il  a un bouquet dans le salon. Et surtout qu’aujourd’hui est mon jour de chance. C'est des roses de différente couleurs. Et ce bouquet me sauve la vie.

Je repart dans la chambre en silence. Je sais qu'il est très triste du fait que je me soit « enfuit ». Je dépose les pétales de rose partout dans la chambre. Je suis aussi discret qu'un ninja. Et j suis très fière d moi. Il n doit se douter de rien.. Quand j’eus finis avec le bouquet. Je l dépose délicatement vers la porte bien cachet pou qu'il ne se doute de rien.  Étant proche de la porte je tourne la tête vers ma chaîne hi-fi qui se trouve jute à coté de la porte. Il me semble que la dernière fois que je l' ai utilisé j'avais mis du jazz. Je l'allume.Les leds s'illuminent.  Et e effet c'était du jazz, la musique est génial elle colle ben à l'ambiance que je voulais faire. Un musique de jazz fait au piano : Sleep Away de Bob Acri. Quand je fais un cauchemars ou que je me sent mal je m'étais réfugier dans la musique du jazz et la musique qui passais dans la pièce était celle qui m'apaisais le plus. Du moins pas dans tout mon corps. Je me met sur le lit prêt j'attrape Zach est le plaque contre le matelas. J'allume ma lumière de chevet. Ma lumière de chevet est une lampe qui est tactile, un coup c'est une lumière très tamisé, puis un deuxième coup un peu moins et enfin au troisième une lumière acceptable pour une petit lecture nocturne.

J’appuie une fois sur la lampe. Je regarde Zach et l'embrasse encore une fois pis le laisse contempler la décoration fait au dernier moment. Puis je lui dis :

« Je suis désolé. Je n'ai pas de bougie et pour le prince charmant il va falloir que tu te contenté de moi. Je suis un prince charmant qui suis très maladroit. »

Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas
Zach Keiner
Zach Keiner
Forgive me.


Messages : 104
Date d'inscription : 16/08/2011

[+18] La maladie a parfois de bons côtés. [PV Vincent Valentine] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [+18] La maladie a parfois de bons côtés. [PV Vincent Valentine] [+18] La maladie a parfois de bons côtés. [PV Vincent Valentine] - Page 2 EmptyMar 28 Jan - 13:33




  • Je ne sais pas ce qui se passe ensuite. L’ai-je effrayé ? Possible. Je sens la chaleur de son corps s’éloigner du mien. J’ai l’impression de recevoir un couteau en plein cœur. Je sens des larmes me monter. Non. Reviens, je t’en prie. Ne me laisse pas. Ne me repousse pas. Ne m’abandonne pas. Je me mords la lèvre pour retenir mes sanglots. Il faut que je me rhabille. Je me sens honteux. Il est vrai que qui voudrait de moi ? Un gosse qui ne cesse de pleurer. Idiot, n’est-ce pas ? Comment ai-je pu croire que je lui faisais envie ? Sa fièvre a dû baisser pour qu’il se rende compte que c’est à moi qu’il s’adressait. Les mots que je lui ai dit ont dû lui monter au cerveau.

    Je me roule sur le ventre, enlaçant un coussin. J’y plonge ma tête. Je pleure silencieusement. Je ne devrai pas. Pourquoi est-ce que cela fait si mal ? Il a dû comprendre que j’attendais la bonne personne pour ma première fois. Il s’est dit que ce n’est pas lui. J’aurai dû m’en douter dès qu’il n’a pas répondu à mes sentiments. Il ne m’aime pas. Il voulait sûrement faire sa petite affaire. Le pire, c’est que je m’en fiche. J’aurai préféré qu’il continue. Je me fiche qu’il soit ma première fois. Je serre le coussin. J’y sèche mes larmes. A quoi bon pleurer ? Mon cœur me fait mal. Mais pourtant, mes sentiments sont toujours présents. C’est plutôt quelque chose d’insensé, n’est-ce pas ?

    Soudain, de la musique. Je relève la tête, surpris. Je vois que la chaine hi-fi est allumée. C’est plutôt effrayant en un sens. Je suis plongé dans le noir. Je me suis fait repousser. Je pleure. Et d’un coup, du jazz ? Mais qu’est-ce que .. ? Des mains se saisissent de mes bras. Je manque de crier de surprise, mais je ravale mon hurlement. On me plaque contre le lit. Je devine, à l’odeur, que c’est Vincent. Je ne comprends plus rien. Pourquoi est-il revenu ? Pour mettre de la musique ? Dans ce cas, pourquoi ne m’a-t-il pas prévenu ? J’ai envie de le gifler sous une colère passagère. Et en même temps, de l’enlacer, et de le serrer fort. J’ai cru qu’il ne voulait plus de moi. Je me mords la lèvre en retenant mes larmes. Cette fois-ci, je pleure de bonheur. Non pas parce qu’il va me faire l’amour. Je ne pleurerai pas pour cela, ─ quoi que ? ─ mais parce qu’il est revenu. Et cela me rend heureux. Heureux comme jamais.

    Une de ses mains vient tapoter une fois sa lampe de chevet. La pièce est alors éclairée d’une lumière assez tamisée. C’est agréable. Cela donne un aspect romantique à la situation. Ses lèvres viennent se presser contre les miennes. Je réponds au baiser, gardant les yeux ouverts sous la surprise. Autour de moi, dans la chambre, des pétales sont déposés. Je suis surpris. Je me sens rougir. J’ai de nouveau les larmes qui me montent aux yeux. C’est beau. Il a fait cela … Pour moi ? J’ai honte de ce que j’ai pensé plus tôt. Je regarde tout autour de moi. J’ai l’impression d’être sur un petit nuage. Ho, Vincent, c’est adorable.

    « Je suis désolé, dit-il. Je n’ai pas de bougies. Et pour le prince charmant, il va falloir que tu te contentes de moi. Je suis un prince charmant qui est très maladroit. »

    A ces mots, je souris. Je ne peux m’empêcher de sourire. Après tout, ce qu’il a fait est une chose des plus merveilleuses. Je caresse sa nuque sur bout des doigts. Une larme ruissèle sur ma joue. Je suis heureux. Je suis sur un nuage. Au paradis. Il me donne tout ce que j’ai perdu. Pour moi, ce prince charmant est déjà plus que charmant. Et loin d’être maladroit. Même s’il aurait pu me prévenir, ce qu’il a fait est une grande preuve de … D’amour ? Non, je n’irai pas jusque là. Mais il tient à moi. Et il vient de me le prouver. Sinon, il aurait ignoré le fait qu’il s’agit de ma première fois :

    « Merci, susurré-je doucement, le sourire aux lèvres. »

    Spoiler:


Revenir en haut Aller en bas
Vincent Valentine
Vincent Valentine
My sweetheart


Messages : 47
Date d'inscription : 16/02/2013

[+18] La maladie a parfois de bons côtés. [PV Vincent Valentine] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [+18] La maladie a parfois de bons côtés. [PV Vincent Valentine] [+18] La maladie a parfois de bons côtés. [PV Vincent Valentine] - Page 2 EmptyVen 21 Nov - 22:29

Spoiler:

Je me réveille avec un mal de tête carabiné ? J'ouvre les yeux et tombe nez à nez devant les yeux clos de Zach. Mes souvenirs de la veille font surface. Qu'est ce qui ma pris ? J'ai couché avec mon élève. Mon élève ! Je sors du lit pour ne pas le réveiller. Je me dirige pas vers la salle de bain et prend une douche pour essayer de reprendre mes esprits.
Ma tête est remplis de souvenirs de cette nuit. Je touche mon front et me rend compte que je n'ai plus de fièvre. Mon miroir montre un homme qui a passer une nuit mouvementé. J'avais l'aire satisfait mais quelque choses me faisais mal au cœur. Je n'arrivais pas à trouver un mot pour définir ce que je ressentais. J'essayais. Puis je mis le doit sur un mot.
Culpabilité
L'image de ma femme me revient en tête comme une gifle violente. Je mis ma mains contre ma poitrine car je sentais mes battement de cœur violent. J'avais l'impression de faire une crise cardiaque. Je voyais floue. Pourquoi ? Je passe ma main sur ma joue et je sens quelque choses d'humide. Je pleure ? Je croyais avoir dépasser les larmes. Il faut dire que non apparemment. Je passe de l'eau froide sur mon visage, puis je me rase. Quand j'ai fais tout ceci j'attrape des vêtement à l’arrache, les met puis me vient une idée. Et si je partais un petit moment pour me ventiler la tête et remettre de l'ordre ?
Je vais dans le salon attrape mes clefs, mon portable et enfin les clef de l'appartement que je met dans ma poche de jean. Je prend le double des clefs pour Zach et les mets sur la table du salon. Puis je me dit qu'il fallait au moins que je lui laisse un mot. J'attrape donc un papier et un stylo et écrit :
« Je reviens.
Vincent.
 »
Enfin je dépose le papier et les clefs à coter. Je claque la porte un peu trop fort lorsque je suis partis. Je pris pour que Zach ne se réveille pas. Mais ce que je ne savais pas c'est que la porte pouvais faire un courant d'aire qui pourrait faire voler un petit papier qui voulais se cacher.
Je prend ma voiture et m'en vais laissant seul Zach à l'appartement. Après tout c'est les vacances.
Revenir en haut Aller en bas
Zach Keiner
Zach Keiner
Forgive me.


Messages : 104
Date d'inscription : 16/08/2011

[+18] La maladie a parfois de bons côtés. [PV Vincent Valentine] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [+18] La maladie a parfois de bons côtés. [PV Vincent Valentine] [+18] La maladie a parfois de bons côtés. [PV Vincent Valentine] - Page 2 EmptyLun 16 Fév - 17:24


Spoiler:

*
**


Voilà une semaine qui s’est écoulée, et je n’ai toujours aucune nouvelle de Vincent. En fait, je ne sais vraiment que penser à propos de lui. Depuis qu’on a couché ensemble, il a disparu, sans laisser de trace. Sans un mot. Je ne peux même pas me rendre en cours, en espérant le trouver puisque nous sommes en vacances. Chaque jour, j’attends près de la porte. Dès que j’entends quelqu’un montrer dans un des appartements, j’ai toujours cet espoir que ce soit lui. Qu’il revienne, et qu’il me dise que ce n’était qu’un mauvais rêve. Cependant, je plonge dans une dysphorie sans fin. Je dors à peine. Pourquoi est-il parti ? A-t-il peur de moi ? Je lui ai avoué mes sentiments. Et s’il me détestait ? Non, il m’aurait viré de chez lui. Alors pourquoi n’est-il pas là ? J’ai mal au crâne… Trop de questions s’entrechoquent dans mon esprit. Je n’en peux plus. J’ai l’impression de devenir parano.

Maintenant que j’y pense, il n’a jamais répondu à mes sentiments. Mes yeux s’écarquillent. Je me souviens qu’il m’a dit qu’ici, ce n’était qu’une sorte de résidence secondaire. Il en avait une autre, qui était probablement plus belle que celle-ci. Après tout, il est fils de parents riches, non ? Cette richesse qu’il me disait fuir … Je suis près de la porte. Je la fixe, les larmes aux yeux. A vrai dire, je me demande s’il m’en reste. J’ai tant de fois pleuré que j’ignore si j’y parviens encore. Ou si je me suis déjà arrêté. Mes nuits ne sont que des accumulations de cauchemars. J’ai l’impression de devenir fou. Une folie qui se répand peu à peu. Je lutte. Je lutte pour lui. Je veux rester normal, pouvoir lui sauter au cou à son retour.

Si je mange ? Bien sûr. Une fois par jour. Avec le peu qu’il y a dans les placards. De toute façon, j’ai l’habitude de manger peu, avec mon père qui m’enfermait presque tous les jours, et ne revenait que très tard pour me donner à manger que des restes. A nouveau, j’écarquille les yeux.  Et si, en comprenant que je l’aimais, il voulait se débarrasser de moi ? En attendant ma mort ? Ou pire … En allant chercher on père ? Après tout, il connait bien mon nom, mon prénom. Je suis son élève, non ? J’ai couché avec mon prof … Peut-on vraiment dire que j’attends son retour sereinement ? Non. Je suis allongé sur le flanc, fixant l’entrée. Mon regard est vide, je le sens. Mon ventre gargouille. Il réclame de la nourriture. Mais j’ai vidé les placards. Et mon estomac a envie de vomir. Mon corps se contredit. Je n’en peux plus. Je veux le revoir. Ces questions sont en train de me tuer un peu plus à chaque instant. J’ai sommeil, mais je ne peux pas dormir. Je tremble. Le sol est froid. J’ai froid. Mais je ne peux pas bouger. Mon corps ne semble pas vouloir me répondre.

Je dois me réveiller. Je dois être en train de faire un cauchemar. Sur mes bras, il y a du sang séché. Je me suis pincé, mordu, griffé jusqu’au sang dans l’espoir qu’il ne s’agisse que d’un cauchemar. Que Vincent allait me réveiller en me disant que ce n’était pas vrai. Que j’avais rêvé. Qu’il était bien là. Ma respiration s’accélère soudainement alors que mon corps est repris de secousses. Je me remets à pleurer, en silence. Des voix résonnent dans ma tête, me plongeant dans une folie plus dangereuse que je ne le pensais.

Il ne reviendra pas.

« Si, je le sais, je l’attends ! »

Il te déteste.

« Non, c’est faux … Il a pris soin de moi jusqu’à maintenant … »

Il reviendra avec ton père.

« Non, c’est impossible … Il ne le connait pas, il ne l’aime pas, il ne veut que mon bien … »

Il te battra jusqu’à ce que tu en meurs.


Je prends ma tête entre mes mains, lâchant un hurlement horrifié par mes propres pensées. Ma voix se brise, alors que j’éclate en sanglot. J’ai mal à la gorge. Je n’en peux plus. Je veux le revoir. Ils mentent tous. Je n’ai même pas la force de me rouler en boule.
Revenir en haut Aller en bas
Vincent Valentine
Vincent Valentine
My sweetheart


Messages : 47
Date d'inscription : 16/02/2013

[+18] La maladie a parfois de bons côtés. [PV Vincent Valentine] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [+18] La maladie a parfois de bons côtés. [PV Vincent Valentine] [+18] La maladie a parfois de bons côtés. [PV Vincent Valentine] - Page 2 EmptyLun 16 Fév - 21:03

Une semaine se passe. Qu'est ce que j'ai fait pendant tout ce temps ? Et bien jje me suis baladé avec ma voiture. J'y ai dormi d'ailleurs dans cette dernière. Mais très mal car il me manquait quelqu'un. Zach c'est certain. Pendant cette semaine je me suis testé,, j'ai testé mes sentiments pour Zach. Je voulais être sur de ce que je voulais faire. Mais une semaine n'était que la limite que  je pouvais me laissé car j'avais laissé Zach tout seul dans l'appartement. Il allait falloir que j'aille faire du ravitaillement. J'espère qu'il a lu le mot que je lui est laissé et qu'il ne s'inquiète pas trop. Bon c'est vrais que ce que j'avais fait était ignoble. Mais j'avais besoin de cette séparation pour être sur. Maintenant je ne ressens plus de la culpabilité mais je ressens un manque trop fort. Tellement fort que j'ai l'impression qu'une main m'agrippe le cœur et qu'on me le serre tellement fort qu'il allait exploser. J'étais inquiet. Trop inquiet.

Je m'étais préparé à me prendre un gifle voir pire. Mais je voulais le revoir. Quel idiot je fais. Je suis en train de délaisser la personne qui m'aime et que j'aime bien que je ne l'ai pas dit à ce dernier. C'est vrais que je lui ai caché mes sentiments pour le protéger. Du moins ce n'était qu'une excuse. En vérité je me protégeais. J'avais peur qu'on dis de moi que j'ai perverti mon élève. J'aime bien trop ma vocation. Mais maintenant j'ai trouvé quelque chose, quelqu'un qui m'est plus important que n'importe quoi voire que n'importe qui. Mon élève à moi. Mon élève préféré. Mon petit animal de compagnie. Mon amour.

Je fis demi-tour et je rentre chez moi le retrouvé. Je pense même que sur la route je vais le payé cher car je crois que je me suis fait flashé pour excès de vitesse C'est pas très mirobolant. Mais après tout je suis fou. Fou d'avoir laissé mon amour livré à lui même pendant une semaine. Fou amoureux de cette personne  que j'ai délaissé. Mais surtout je suis fou d'avoir fait ce que j'ai fait.

Je gare ma voiture et monte les marches deux à deux pour revenir à mon appartement qui m'est si chers retrouvé mon bien aimé. Mais que j'ouvre la porte je n'eu comme accueille qu'un silence de plomb. Je rentre et ferme la porte derrière moi. Je regarde autour de moi. Rien mis quand je baisse les yeux je vis une scène qui me glace le sang. Zach était au sol. Il tremblait de peur et taché de sang. De son sang. Qu'ai je fait au bon dieu pour que mon aimé soit ainsi ? Serres ma punition ? J'eu  des flash-back de ma défunt femme. Il fallait que j'agisse vite ! Très vite !

Je pris Zach dans mes bras. Il était léger aussi léger que quand je l'avais récupéré. Je le couche sur le canapé, puis je vais à la salle de bain pour chercher la trousse à pharmacie pour soigné ses blessures. Il était inconscient. Dans ma tête c'était  un capharnaüm. Mon sang ne fessais qu'un tour. Pour la première fois depuis des années, alors que je pensais les blessure que mon bien aimé, je voulais pleurais. J'avais les larmes aux yeux.

Maintenant c'était sur et certain je ne le quitterais plus jamais. Pour rien au monde je le laisserais. Plus jamais ça ! , je le pris dans mes bras, je l'appelais :

« Sweetheart ! Zach répond moi ! Je t'en supplie ! Pardon ! Je suis désolé ! I'm so sorry my sweetheart ! »

Ma voix était étranglais par les larmes qui menaçais de couler. Tout ce que j'entendais c'était son souffle régulier.

Puis je dit dans un soupire de désespoir :

« Zach my love. »
Revenir en haut Aller en bas

❝ Contenu sponsorisé ❞




[+18] La maladie a parfois de bons côtés. [PV Vincent Valentine] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [+18] La maladie a parfois de bons côtés. [PV Vincent Valentine] [+18] La maladie a parfois de bons côtés. [PV Vincent Valentine] - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas

[+18] La maladie a parfois de bons côtés. [PV Vincent Valentine]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Vincent Valentine.
» Une même rencontre toujours aussi surprenante. [PV Vincent Valentine]
Page 2 sur 2 Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Ville :: Quartiers malfamés. -